L’allaitement par correspondance

J’ai longuement hésité avant de te parler de l’allaitement par correspondance, plus connu sous le nom de tire-lait!

J’y pense depuis plusieurs mois. Pourquoi? Parce qu’il me semble important de te partager mon histoire, elle peut peut-être t’aider à continuer ou même à comprendre ce qu’une maman ressent lorsqu’elle n’a pas d’autres choix que d’arrêter l’allaitement au sein afin de nourrir son bébé.

Avant tout je te demande de laisser tes a-priori de côté et de ne pas lire avec ta tête mais avec ton coeur.

Commençons par le commencement, quelques heures après la naissance on propose au bébé de téter! J’étais hyper contente mais aussi super stressée, oui mais voilà j’ai très vite déchanté.

En 7 jours et 6 nuits j’ai vu passer toutes les auxiliaires de puériculture de la maternité. Elles ont d’abord observé la tétée puis chacune avait sa technique pour mettre bébé dans la bonne position, lui permettre de faire “ventouse”, l’écouter déglutir, ect. J’avais le coeur serré, je me posais des questions, était-ce de ma faute? Pourquoi ai-je si mal? Pourquoi ne dégluti-t-il jamais?  A chaque tétée elles venaient par 3 ou 4 autour de moi, elles ont vraiment essayé de comprendre ce qui clochait. Car oui quelque chose n’allait pas, bébé perdait de plus en plus de poids et même si le colostrum puis le lait étaient bien là on avait l’impression qu’il ne buvait rien.

Dès que le lait est arrivé, elles m’ont demandé de le tirer pour voir si c’était moi qui ne fournissait pas assez. Mais vu que je remplissais largement le biberon elles ont compris que ce n’était pas ça le soucis. On a même dû l’allaiter à la seringue au bout d’un moment pour éviter le biberon et qu’il ne s’habitue à la tétine… Imagine mon déchirement de voir les auxiliaires de puériculture donner mon lait à mon nourrisson par l’intermédiaire d’une seringue…

Vers le 5ème jour une nouvelle auxiliaire est arrivée, elle était âgée, elle en avait vu d’autre des bébés, et elle a de suite compris, elle lui a ouvert la bouche, mis son doigt et là bébé a eu un réflexe étrange, il a mis sa langue vers le fond. Elle a donc vérifié si un frein gênait la langue comme dans la plupart des cas, mais non en fait mon bébé ne savait simplement pas mettre sa langue vers l’avant, il n’avait pas le réflexe de succion mais bien celui de mordre. Son seul moyen de faire sortir le lait était de mordre, sauf que cette technique est éprouvante pour très peu de résultat.

Le mystère était enfin résolu, nous avons donc passé 2 jours à lui tirer la langue, pensant que ça allait arranger les choses…

Nous étions naïf de croire que le simple fait de lui faire des grimace allait tout arranger mais nous étions désemparés face à ce problème. Il s’alimentait difficilement au sein, il n’arrivait pas à prendre à la seringue et lorsqu’on a fini par lui donner le biberon il a bu en 30 sc chrono mais parce qu’il ne faisait que mordre et ne tétait pas réellement (et avec un bib ça sort quand même).

A la sortie de la maternité, j’ai demandé une ordonnance pour louer un tire-lait. On m’a demandé de continuer à l’allaiter à la maison, de ne pas baisser les bras, après tout il allait finir par y arriver et en tant que maman on est assez forte pour surmonter ces épreuves… Mais je ne pouvais plus supporter la douleur des déchirures causées par sa non-succion/mordillage. Après une semaine d’acharnement, j’ai dû abandonner. Il n’arrivait toujours pas à téter comme il devait, je saignais, il ne buvait pas à sa faim, nous étions tous les deux désemparé face à cette situation. Aucun de nous deux ne prenait de plaisir dans cette tâche, lui s’agaçait car il n’y arrivait pas et moi j’avais bien trop mal…

Je voulais quand même continuer à l’allaiter, je suis donc passée au tire-lait afin de lui donner mon lait, mes anti-corps, afin de continuer à partager un peu de moi avec lui.

Je me suis alors retrouvée en tête à tête avec cette machine bruyante et pas vraiment aimable! J’ai dû rassembler toutes mes forces pour continuer plusieurs fois par jours à tirer mon lait, ce lait qui le nourrissait, qui l’aidait à grandir et à grossir! J’ai dû boire 8 tisanes d’allaitement par jour + des tisanes que je faisais moi-même avec des graines de fenouil, d’anis ect pour maintenir une lactation normale.

J’ai souvent pensé à abandonner, mais son regard à la première succion et son visage apaisé à la fin du bib m’a donné la force de continuer.

Ne pense pas qu’on tire le lait par pur plaisir, ce n’est pas agréable, avec une machine on ne vit pas un moment de partage, on ne crée par de connexion spéciale tire-lait/maman.

Par contre on donne notre lait au travers du biberon tout comme tu le donne via ton sein et là on partage nous aussi des moments rien qu’à nous.

Alors oui il y a quelques avantages dont j’ai pu profiter :

  • Hubby m’a aidé à lui donner le bib, il a donc aussi allaité 😉
  • je pouvais partir à des rendez-vous tout en laissant une dose de mon lait dans le frigo
  • la nuit on alternait si j’avais réussi à récolter assez de lait dans la journée!

Au bout de 2 mois j’ai arrêté, la reprise du travail approchait et je ne pouvais plus continuer. Le tire-lait n’est pas une solution de facilité loin de là, c’est contraignant et très épuisant moralement.

Pendant 2 mois j’ai donc allaité mon fils par correspondance, j’y ai mis autant d’amour que toi avec ton bébé, je lui ai donné mon lait aussi longtemps que j’ai pu, je n’ai pas de remords, je n’ai pas de honte.

L’allaitement grâce au tire-lait est un allaitement par correspondance mais ça reste un allaitement.

Je le revendique haut et fort, j’ai allaité mon fils pendant 2 mois et j’en suis fière. J’ai fait ce que j’ai pu et si c’était à refaire je le referai sans hésitations.

Cette 2ème épreuve, dans ma récente vie de maman, m’a rendu plus forte ❤

Je pense très fort à toutes ces mamans qui ont dû arrêter à contre cœur parce qu’on leur a dit qu’elles n’avaient pas assez de lait, parce que bébé n’arrivait pas à téter, parce qu’elles avaient trop mal ;  à toutes celles qui ont essayé le tire-lait mais qui n’ont pas eu la force de continuer, ce n’est pas grave ne regrettez rien. Je pense fort à vous car je connais la détresse que ça engendre lorsqu’on veut continuer mais que tout nous pousse à arrêter. Vous n’êtes pas plus faible qu’une autre maman, soyez fière de votre parcours quoiqu’il arrive ❤

Advertisements

11 thoughts on “L’allaitement par correspondance

  1. Marguerite says:

    Waw. Un grand respect et une admiration inconditionnelle !
    Ça devait être tellement dur de faire face à cette situation… Personnellement, j’ai toujours pensé que le tire-lait était plus naturel et plus facile. Il faut croire que je me suis trompée, mais au final je ne vois pas du tout la différence avec l’allaitement “direct” avec l’enfant. C’est la même chose, c’est ton lait maternel. Et puis ça permet comme tu l’as dit : que ta/ton partenaire te relaie ! Et ça c’est d’autant plus important !!!! Bravo en tout cas d’avoir essayé et réussit !

    Liked by 1 person

  2. fabricefukuoka says:

    Bonjour. Merci beaucoup de ce témoignage. Je vais être papa d’ici quelques mois et forcément, je commence à me poser beaucoup de question. Ma femme compte reprendre le travail assez tôt après l’accouchement (5 mois environ) et confier le bébé à ma belle-mère ou à moi durant ce temps. Comme mon travail peut en grande partie se faire à distance, je pourrais aménager mon poste pour travailler sur internet depuis la maison et donc, m’occuper du bébé en poursuivant partiellement mon activité. Pour notre situation, le tire-lait semble donc être la situation qui s’impose durant les absences de ma femme. De mon coté, ça me donnera également le plaisir de pouvoir participer à ma manière à l’allaitement du bébé.
    Au vu de votre post, je me posais la question suivante. Y a-t-il des inconvénients notables à l’utilisation du tire-lait ? Y a-t-il une perte de certaines qualités du lait maternel par le fait qu’il soit stocké au frigo par exemple ? Je m’étonne de l’insistance des infirmières concernant l’allaitement au sein, surtout si le bébé perdait du poids. Ca doit être assez stressant comme situation.

    Liked by 1 person

    • ThePinkMummy says:

      Si votre femme arrive à allaiter pendant ses 5 mois de congés maternité c’est super!! Après le tire-lait ça paraît facile mais ça ne l’est pas forcément. Il faut tirer au bon moment, assez souvent mais pas trop souvent non plus, en fait il faut tirer le lait comme si bébé mangeait donc si il mange toutes les 3h il faut tirer toutes les 3 heures. Pour avoir la même lactation qu’un allaitement normal il faut boire énormément de tisanes et si possible continuer à mettre bébé au sein 1 fois par jour si il sait prendre!
      Je ne pense pas qu’il y ait une perte de certaines qualités nutritionnelles honnêtement. Je ne suis pas médecin mais j’ai pu voir que mon garçon a pris 3kg en 2 mois et 6cm, ce qui est très très bien 😉
      Bonne fin de grossesse à votre femme!

      Like

  3. ColombesMum says:

    Décidément..encore une souffrance commune. Tu décris bien les choses. C’est clairement pas la facilité et c’est épuisant (sans compter le temps fou de lavage etc en plus). Soyons fière de ça. Ma bs m’a dit :t’as pas allaité c’est pas pareil”. Non je dirai le contraire on est des warriors. PS: la césa diminue de 30% le succès d’un allaitement (stress, fatigue etc pour maman ET pour bébé).

    Liked by 1 person

    • ThePinkMummy says:

      merci beaucoup! je l’ai ecrit avec mes tripes, je n’aime pas qu’on nous dise que ce n’est pas pareil, on fait ce qu’on peut et il faut qu’on soit fière!
      je ne savais pas pour la césarienne et son influence sur l’allaitement!!!

      Liked by 1 person

      • ColombesMum says:

        Eh oui! Il faut le savoir pour déculpabiliser. Moi c’est ma sf qui me l’a dit genre 2 mois après (à la rééduc) alors que personne ne m’en avait parlé et que j’avais beaucoup de mal à allaiter. Le déclenchement inhibe aussi bcp la production de lait. Il faut faire comme les chinoises qui se reposent à fond (pas de visites ni rien, elles restent dans leur lit) le premier mois. Je comprends pourquoi! C’est un sacré boulot de mettre au monde un enfant, de s’en occuper et de l’allaiter (ou pas d’ailleurs).

        Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s