Ne pas reproduire l éducation d hier pour mieux faire grandir les adultes de demain

Si il y a une chose dont je suis sûre, c’est que l’éducation “à la dure” n’est plus au goût du jour.

On voit émerger une éducation bienveillante, basée sur des principes très simples d’écoute, de partage, d’apprentissage et d’amour.

Fini les fessées, claques, punitions au coin ou dans une cave, humiliations en public pour “montrer le bon exemple”.

L’adulte d’aujourd’hui se penche vers des approches d’éducation alternative souvent portées par une idée commune : l’enfant est un être humain au même titre que l’adulte et doit être respecté.

Dans ce contexte de bienveillance j’aimerai vous faire part d’un livre qui m’a énormément touché. Il y a quelques jours une amie m’a envoyé ce livre avec un petit mot dedans “Ma bichette, j’espère que ce livre te touchera autant qu’il m’a touché ❤“. Je pense qu’à ce moment là elle ignorait qu’il allait autant me bouleverser, me prendre aux tripes.

Il s’agit du livre “Au coeurs des émotions de l’enfant” d’Isabelle Filliozat.

Je suis souvent démunie face à mon fils, que faire? comment réagir face à ses réactions qui semblent disproportionnées? comment faire face à ses mises en danger perpétuelles lors d’une crise de colère (ici) ? Que lui dire lorsqu’il éclate en sanglots ?

Bien que déjà dans une approche bienveillante, j’ai déjà mis en place certaines façons d’approcher ses crises et de l’aider à s’exprimer. Mais ce livre a été pour moi une confrontation face à mon propre miroir. Et si finalement je n’arrivais pas à le comprendre parce que moi même je cherchais constamment à enfouir mes sentiments sous une carapace bien forgée?

Enfin un livre qui nous explique ce que ressent l’enfant, qui nous ouvre les portes de ses émotions, qui nous confirme la nécessité de la bienveillance, qui nous permet de nous remettre en question et de remettre en question notre enfance!

J’ai eu beaucoup de chance, j’ai eu une enfance heureuse! Bien que les punitions par les claques et les fessées étaient chez nous pratiquées, elles n’en étaient pas monnaie courante. Je n’ai pas de souvenir d’être battue ni humiliée. Je n’ai donc pas envie de faire subir de telles choses à mon fils.

Parfois il m’arrive d’avoir très très très envie de lui mettre la gifle de sa vie, de tout envoyer valser et de partir en criant très très fort. Je suis sûre qu’il vous arrive d’être dans la même situation. Hummm que ca ferait du bien de faire tout ça... Mais non, on vous a appris à contrôler vos émotions, alors vous retournez votre colère contre vous… qui ne s’est pas déjà mordu? ou n’a jamais donné un grand coup contre le mur? c’est tellement plus simple de se faire mal pour se punir d’avoir de telles idées destructrices…

Voulez vous vraiment que vos enfants finissent comme ça? Moi non, j’aimerai qu’il arrive à mettre des mots sur sa colère, qu’il l’exprime sur le moment, qu’il trouve la vraie cause (ce jour là vous n’étiez pas fatigué parce que le soir vous aviez voulu rester plus longtemps devant la télé? vous n’avez pas eu une journée affreuse au travail? votre boss vous a-t-il humilié? la vraie raison est-ce vraiment votre enfant?).

Ce livre m’a permis de voir que j’étais sur le bon chemin, que les émotions, nos sentiments, ne doivent pas restés enfouis sous je ne sais combien de carapaces.

Pleurer ne fait pas d’un homme une mauviette, hurler de fait pas d’une femme une colérique. Nos émotions ne doivent pas nous catégoriser, nous avons tous les mêmes émotions en nous : tristesse, colère, peur, amour, honte, joie, culpabilité … il ne faut pas chercher à les contrôler à tout prix, il faut aider nos enfants à les exprimer et à les apprivoiser afin qu’ils n’en aient plus peur.

Isabelle Filliozat en parle tellement bien, avec des exemples de patients, avec des exemples de sa vie courante (parce qu’on est pas toujours parfait, heureusement). Je ne peux que vous conseiller de courir acheter son livre, de le lire et de prendre en compte ses conseils.

Ce livre devrait être obligatoirement offert dans toutes les maternités. Allons vers un monde de demain avec des adultes bienveillant et capables d’exprimer leurs émotions sans être hors de contrôle.

Pour finir je voudrais vous noter la citation qu’elle a choisi pour commencer son livre, une citation qui est tellement vrai qu’elle mérite d’être connue de tous :

“vous dites : c’est fatiguant de fréquenter les enfants. Vous avez raison. Vous ajoutez : parce qu’il faut se mettre à leur niveau, se baisser, s’incliner, se courber, se faire petit. Là, vous avez tord. Ce n’est pas cela qui fatigue le plus. C’est plutôt le fait d’être obligé de s’élever jusqu’à la hauteur de leurs sentiments. De s’étirer, de s’allonger, de se hisser sur la pointe des pieds. Pour ne pas les blesser.” Janusz Korczak

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s